Réaliser un crédit immobilier pour un expatrié

Emprunteurs expatriés

Vous n’êtes pas résident français ou expatrié mais vous souhaitez contracter un emprunt immobilier, c’est bien possible. L’état actuel du marché de l’immobilier est tel que de plus en plus d’expatriés investissent dans de la pierre française. Mais ce n’est pas toujours chose aisée de se lancer dans les procédures qui permettent de débloquer un prêt dans une banque française lorsqu’on ne réside pas en France.

Les banques ont des exigences particulières pour les clients expatriés . Les cas sont différents qu’il s’agisse d’une résidence secondaire, ou bien d’un investissement locatif. Les questions des garanties seront abordées par l’établissement prêteur, et dans certains cas il vous demandera de trouver une assurance déléguée afin de couvrir votre prêt car ils n’ont pas l’expertise ou ne souhaitent pas porter le risque eux-même, avec l’assurance groupe.

Acquérir une résidence secondaire ou un bien locatif en France en étant non résident ou expatrié est l’un des cas les plus compliqué à traiter dans le cadre de l’attribution d’un prêt immobilier. Il y a de nombreuses raisons qui expliquent ce phénomène car effectivement, les banques accordent moins facilement un prêt immobilier à un expatrié qu’à un résident français.

Quelle est la nature de ces risques ?

Les statuts de non résidents Français et d’expatriés sont différents.

Parce que la fiscalité et les obligations fiscales des expatriés Français et non résidents Français est spécifique,  les banques demandent des garanties supplémentaires pour ces dossiers par rapport à un résident Français.

La question épineuse de l’assurance du prêt ainsi que ses garanties est abordée  par la banque qui n’aura pas les mêmes facilités de recouvrement des sommes prêtées en cas d’impayé.

En conséquence, la banque prêteuse procède à un filtrage des profils de clients par les revenus, afin de limiter son risque.

Par ailleurs, certains pays peuvent être temporairement exclus par les banques. Il s’agit d’une mesure prise pour se préserver contre le blanchiment d’argent.

Sachez alors que passer par un courtier en crédit immobilier peut vous permettre d’éviter ces difficultés. De plus, certains experts ont même pour habitude de traiter les dossiers des non-résidents. Vous devriez alors vous sentir plus sereins à confier votre projet entre de mains sûres tout en évitant les désagréments de la distance.

Le taux d’endettement et les contreparties

Il faut prendre en compte certaines conditions avant de penser à souscrire un prêt immobilier. La première condition à prendre en compte lors de la contraction d’un prêt immobilier est le taux endettement. Pour une résidence principale ou secondaire, il ne doit pas dépasser 33 %. Le calcul effectué est tel que la somme des mensualités et de vos charges liées à votre crédit ne doit pas dépasser 33%  de votre budget.. Ce pourcentage peut cependant varier et monter jusqu’à 50 % pour les plus gros revenus. Dans le cas des non-résidents français, le niveau des revenus est déterminant et la banque va demander en règle générale des revenus conséquents.

Lors de la contraction d’un prêt immobilier auprès d’une banque, celle-ci va demander des contreparties. Ces « contreparties » peuvent se matérialiser sous la forme d’ouverture de compte , de domiciliation des revenus personnels et professionnels …etc. Les contreparties demandées dans le cadre d’une acquisition par un expatrié sont plus importantes que celles exigées pour un résident français.

En premier lieu, la banque vous demandera un apport systématiquement :

En ce qui concerne l’apport lors d’un achat immobilier, que vous soyez expatrié ou non la banque vous en demandera un d’office. – Pourquoi cela ? – Et bien l’apport constitue le capital qui vous est propre et que vous comptez investir dans votre projet immobilier sans l’aide de la banque. Généralement, l’apport demandé se situe dans les 10 % du prix du bien immobilier. Si vous êtes dans cette situation particulière, sachez que la banque vous demandera un apport minimum de 20 %. Sachant que ce taux peut même monter jusqu’à 30 % dans certaines banques.

Pour un résident français, en fonction du dossier, il est possible d’obtenir son crédit sans apport. On parle alors de financement à 110%. Un courtier en crédit immobilier saura vous guider et négocier pour vous ce genre de situation. Son expertise et ses partenariats pourront vous permettre de débloquer ce financement sans mettre d’apport personnel.

Pour un expatrié, la situation est plus complexe. La banque refusera systématiquement les dossiers expatriés sans apport. De plus, dans la plus part des cas, vous devrez justifier d’une épargne. La banque demandera d’ailleurs à ce que cette épargne soit placée sur des comptes chez elle ( comptes actions, assurance vie … etc ). La encore, un expert en crédit immobilier pourra négocier les contreparties demandées pour vous.

Pilier Courtage saura vous aider dans votre recherche de financement et dans la négociation des conditions de votre crédit auprès des banques. Alors n’hésitez pas à nous faire part de votre demande ici.